On peut aimer le nouveau film TGV mettant en scène Mika, qui aime multiplier les projets artistiques plutôt que suivre le train-train d’une carrière banale, on peut trouver que cette épopée sous ecstasy est fort loin de la réalité d’un voyage en train, on peut regretter que l’attrait du film repose principalement sur une tête d’affiche, ce qui est souvent dangereux et fragile et révèle parfois un manque de concept fort – à ce titre, une précédente campagne « Prenez le temps d’aller vite », avec des voyageurs « volants » à grande vitesse sur fond de ballade de Lady & Bird était un cran nettement au-dessus. Lire la suite