Quand on connaît la passion de Sylvain Tesson pour les voyages et le grand nord, lui donner « carte blanche » est presque un pléonasme ! C’est ce que lui a proposé Pierre Bigorne, rédacteur en chef du mensuel Grands Reportages. Il s’agissait donc, pour cet auteur que j’apprécie par dessus tout (voir l’article sur Aphorismes sous la lune), de tenir un bloc notes, parlant de tout et du reste, du moment qu’il s’agisse de voyages, proches ou lointains.

Pourquoi « Géographie de l’instant » ? Sylvain Tesson l’explique très simplement : son bloc-notes est comme un herbier. Il y « colle » des pensées, des impressions de voyages, des scènes, comme « des copeaux tombés de la route du temps » (belle image !). Plus tard, il rassemblera et ordonnera toutes ces pièces de puzzle et « de l’harmonisation de ces instantanés jaillira une géographie de l’instant ».

Côté « géographie », Sylvain Tesson nous emmène des banlieues en Russie, de New York à l’île Maurice, de Kaboul à Tokyo… Côté « instants », il partage son quotidien de 2005 à 2012. Résultat : 350 pages de billets pleins d’esprit, où les visions d’ailleurs répondent aux réalités d’ici, où un évènement de 2010 nous projette dans le passé ou fait réfléchir à notre futur. On y croise Lévi-Strauss et le marquis de Sade, Carl Gustav XVI et Obama, Samuel Beckett et Oscar Wilde.

En fermant le livre, il sera temps de poser les valises et prendre une grande inspiration, tout étourdi par les images, sensations, rencontres, propres à un voyage inoubliable…

Géographie de l’instant, Sylvain Tesson, Éditions des Équateurs.

Publié le 28 avril 2013 sur le blog du bonheur dans l’air.

Publicités