L’Antarctique prise au piège

Le réchauffement accélère la fonte des glaces et favorise la prolifération d’une algue rouge : un cercle vicieux qui menace l’Antarctique.

2019 a été la 2e année la plus chaude enregistrée sur Terre et les températures de janvier 2020 laissent penser que l’année finira avec des mesures semblables. Cette vague de chaleur a évidemment des conséquences, comme la fonte de 20 % des neiges d’Eagle Island dans l’Antarctique, observée par la NASA.

Mais il y a plus alarmant encore : le réchauffement contribue au développement de « l’algue des neiges » (Chlamydomonas nivalis), facilement reconnaissable à ses pigments rouges. C’est un processus inquiétant qui se met en place : de par sa couleur rouge, l’algue capte plus de chaleur que la neige (blanche) et accélère le processus de fonte (de plus de 13 % au cours d’une saison). Et la glace, en fondant, favorise la reproduction des algues.

Notons que, le 6 février dernier, la température relevée en Antarctique était de 18,4 °C (du jamais vu sur le continent).

Source : Slate. Visuel : Slate via Youtube.