Pollueurs payeurs ?

Deux mauvaises nouvelles pour Monsanto, à l’origine – entre autres – du Roundup à base de glyphosate…

La première : depuis le classement du Roundup en « cancérigène probable » par l’OMS, l’entreprise mère a perdu la moitié de sa capitalisation boursière.

La seconde : dans les procès qui l’opposent à 100 000 plaignants américains victimes de cancers suite à l’utilisation de Roundup, la firme vient d’annoncer un accord d’indemnisation de 10 milliards de dollars : une somme qui va faire fondre les dividendes des actionnaires…

Le glyphosate vit donc ses dernières heures. Malheureusement, un fléau chasse l’autre : prochain scandale sanitaire annoncé, les SDHI succèdent au glyphosate. Leur spécialité : bloquer la respiration cellulaire. Leur dangerosité (y compris pour les humains) est montrée du doigt par de nombreux chercheurs.

Pourtant, nous pouvons réduire de 60 à 90 % l’usage des produits phytosanitaires, aux dires de l’Institut National de la Recherche pour l’Agriculture, l’Alimentation et l’Environnement.

Source : Télérama.